fbpx
Connecte-toi avec nous

Salut, que cherchez-vous?

Life Africa TV
Télévision africaine actualité
Télévision africaine actualité
Photo by Emmanuel via Iwaria

Société

La stigmatisation, un frein dans la lutte contre le coronavirus

Le constat fait l’unanimité dans plusieurs pays africains et même en Occident. Dirigeants et partenaires socio-économiques n’agissent plus seulement en faveur du plan sanitaire face au coronavirus. Ils doivent également lutter contre la stigmatisation des personnes suspectées d’être positives au covid-19 et de protéger les soignants contre cette stigmatisation.

Comme ce fut le cas avec le VIH Sida il y a plus de 20 ans, de nombreuses personnes infectées par le virus Covid-19, ou simplement suspectées d’être malade sont montrées du doigt, tant dans les ménages que dans les lieux de travail. De Nairobi à Dakar, en passant par Douala et Libreville, les témoignages des patients rejetés par leurs familles, leurs voisins se multiplient. Certains d’entre eux disent même avoir été expulsés par leurs propriétaires, à tel enseigne qu’ils préfèrent se cacher au lieu de se faire soigner.

En avril dernier, c’est une jeune sénégalaise qui souhaite gardée son anonymat, a fait l’expérience d’une situation troublante. Après avoir été en contact avec un malade, la jeune femme s’est vue contrainte à un confinement immédiat dans sa chambre. Une situation qui a suscité, de la part de ses voisins, des posts mensongers sur les réseaux sociaux. Ceux-ci affirmaient ainsi que la jeune femme “avait contracté le virus en couchant avec des blancs”.

Toujours selon cette jeune sénégalaise qui n’a pas pu quitter sa chambre avant d’être testée négative par les médecins, son téléphone avait été saturé par un important nombre d’appels anonymes. À tel point qu’elle a du être placée en isolement pendant deux semaines dans un hôtel alors qu’elle ne présentait aucun symptôme ce qui lui a permis de trouver un peu de répit face à l’agitation de ses harceleurs.

Au Gabon, c’est un biologiste testant les cas suspects à Libreville qui subit également cette discrimination au quotidien. Il tente de rester discret avec son équipe lorsqu’il s’agit de se rendre dans les domiciles. Le biologiste affirme que malgré le danger auquel ils sont exposés, ses confrères et lui se sentent obligés de porter leurs combinaisons à l’intérieur plutôt que sur le perron. Car les Gabonais sont en état de panique lorsqu’il s’agit de recevoir les équipes de médecins chez eux. Cette situation conduit à faire le constat qu’il est préférable d’organiser des tests “ailleurs, dans des endroits neutres” plutôt que dans les domiciles.

Au Kenya, une jeune femme du nom de Roselyn Nyambura a révélé quant à elle qu’après sa sortie de l’hôpital, elle a continué “d’être moquée et dévisagée” par ses voisins. Certains allaient même jusqu’à la surnommer “Corona”.

Des infirmières chassées par leurs époux et des malades expulsés de leurs lieux de résidence

Selon le témoignage du professeur Yap Boum, épidémiologiste à Yaoundé, la deuxième personne testée positive de la covid-19 a été expulsée de son d’habitation par son bailleur. Aussi, nombreux sont les soignants qui ont été doublement stigmatisés, notamment de nombreuses infirmières camerounaises qui ont été chassées de leurs foyers. Le motif évoqué est qu’elles travaillaient dans des unités dédiées à la prise en charge des patients covid, assure Laure Menguene Mviena, chargée de la réponse psychologique au Covid-19 dans la capitale Yaoundé. Pour cette psychiatre, l’urgence serait de mettre en place une prise en charge pour le personnel, afin d’éviter un épuisement mental et physique. À défaut, ces soignants ne pourraient plus assurer correctement la prise en charge des patients.

la stigmatisation peut virer à l’hostilité comme cela est précisément le cas en RDC. Là-bas, des équipes chargées de déployer le programme de lutte contre la propagation du coronavirus ont été agressées par des habitants à Kinshasa.

Certes, les africains vivent en communauté, ce qui pourrait laisser croire que les voisins se connaissent tous. Mais il n’en demeure pas moins que la stigmatisation n’est pas l’apanage de ce continent. Cette stigmatisation reste d’actualité dans d’autres pays à travers le monde.

Des actes racistes contre des africains hors du continent

Certains africains ont fait l’objet de stigmatisation et d’actes racistes en Chine. Début avril, des affiches “interdit aux Noirs” se sont multipliées à ce propos dans la province de Canton. Plusieurs africains été chassés de chez eux. Ce déferlement d’actes et de propos racistes a commencé après que cinq Nigérians de Canton, testés positifs au à la Covid-19, se sont échappés de leur quarantaine. Une affaire qui a déclenché un tollé et même provoqué un déluge de commentaires xénophobes sur Internet.

Intensifier les campagnes de sensibilisation envers les populations

Plusieurs personnes sont décédées, car elles avaient retardé leur prise en charge par peur d’être stigmatisées”, assure un professeur, du Centre de Recherche de Médecins sans frontières en Afrique. “Il faut prendre en compte le volet psychologique si nous voulons gagner cette bataille”, soutient le chercheur.

L’épidémie d’Ebola, qui avait durement frappé l’Afrique de l’Ouest il y a près de 6 ans, a montré aux autorités des pays touchés que la réponse ne pouvait pas être uniquement sanitaire. L’équation semble difficile, certes, mais ces dernières doivent, d’un côté, inciter les populations à mettre en application les gestes barrières et, de l’autre, éviter la psychose qui entraîne la discrimination.

Rester solidaire en cette période d’urgence sanitaire est devenu une priorité. Le besoin de communiquer davantage l’est tout autant. Il faut sans cesse rappeler que le coronavirus n’est pas synonyme de “peine de mort”, ou encore “une maladie honteuse” et réaffirmer que “la stigmatisation est une mauvaise chose”. C’est, entre autre, la méthode de prévention la plus efficace à laquelle les gouvernants et leurs partenaires socio-économiques devraient mettre en place.

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Vous aimerez aussi

A la une

« Les Africains ne se tairont plus sur le sort qui leur est fait ». C’est la leçon qu’il tire de la mobilisation des...

Dépêches

L’information est tombée ce jeudi soir. En effet, c’est à l’issue de l’assemblée générale annuelle virtuelle organisée cette semaine par les Gouverneurs de la...

Dossier

C’est le bilan à mi-parcours du mot d’ordre de boycott lancé par la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation nationale (Conasysed) qui...