fbpx
Connecte-toi avec nous

Salut, que cherchez-vous?

Life Africa TV

Société

[Gabon] Port-Gentil : Une manifestation des chauffeurs de taxis aux allures de préavis de grève

Les taximen de la capitale économique du Gabon se sont rencontrés dimanche 12 juillet 2020) dans le but de débattre de la situation qu’ils vivent depuis ces quatre derniers mois. Entre la situation de crise due à la chute du baril de pétrole en 2014 et les tracasseries liées à la présence massive des forces de l’ordre, les transporteurs urbains refusent de se soumettre à l’appétit des hommes en uniformes. Ils disent subir les effets nocifs qui constituent un frein à la bonne marche de leurs activités.

Depuis la pandémie de la Covid-19 et l’arrivée des forces de polices en renfort de Libreville, les chauffeurs de taxi de la commune de Port-Gentil subissent des contrôles intempestifs. C’est fort de ce constat qu’ils ont décidé de se réunir le 12 juillet 2020 à la place de l’indépendance sur le boulevard Léon Mba. Cette montée au créneau est une interpellation des autorités locales et nationales afin qu’elles entendent leur ras-le-bol.

Au cours de cette réunion où il a été essentiellement question de ce secret de polichinelle bien entretenu entre les forces de l’ordre et les professionnels du transport de personnes, ils se sont exprimés sur leur vécu au quotidien : ” pour une petite ville comme Port-Gentil, tous les 100 ou 200 mètre quand ce ne sont pas les gendarmes du Port(Brigade), de l’aéroport, du camp Boiro ou encore du nouveau port(zone industrielle), ce sont les policiers du commissariat central ou ceux venus de Libreville qui sont positionnés dans tous les coins de la ville. Ils ne font même plus semblant de regarder le dossier.

« C’est juste 500, 1000, voir 5000 ou 10000 Fcfa (pour les gendarmes surtout ceux du nouveau port et de l’aéroport) il faut obligatoirement donner au risque de se voir confisquer son dossier », dénonce l’un des chauffeurs.

Les chauffeurs de taxi réunis en ce dimanche 12 juillet 2020 pour pour une solution quant aux contrôles intempestifs. Une paralysie total pour la journée du lundi semble se dessiner

Publiée par Franck Bezy De Moabi sur Dimanche 12 juillet 2020

Pour corroborer ces propos un autre taximan, la soixantaine révolue, au bord des larmes raconte « la journée du jeudi, j’ai dû débourser au total plus de 12000 francs pour eux »Les mesures prises par le gouvernement gabonais dans la lutte contre la propagation du Coronavirus dans les transports en commun, limite le nombre de passagers. Ce phénomène de racket généralisé complique leur journée de travail déjà laborieuse.

Le représentant de l’association des chauffeurs taximen de l’Ogooué-Maritime étant absent, c’est le commandant de la police municipale qui a écouté leur doléance et se chargera de retransmettre aux autorités. C’est sur cette note qu’a pris fin la réunion.

Lundi 13 juillet s’annonce comme une journée de forte paralysie, les conducteurs de taxi se retrouveront au même endroit afin d’observer une journée sans travail et surtout sans ”tontine” à payer.

Écrit par

1 commentaire

1 commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Vous aimerez aussi

Politique

Une manifestation des agents du ministère des Eaux et Forêts une fois de plus réprimée avec brutalité mardi 1er septembre à Libreville par des...

Dossier

C’est le bilan à mi-parcours du mot d’ordre de boycott lancé par la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation nationale (Conasysed) qui...

Société

Entre le taux très élevé des taxes relatives à l’exercice de leur activité, les tracasseries policières sous forme de contrôles routiers intempestifs, et l'inertie...