fbpx
Connecte-toi avec nous

Salut, que cherchez-vous?

Life Africa TV

Crise Malienne

[Mali] une mutinerie militaire tourne en un coup d’état contre le président Ibrahim Boubacar Keïta

Situation extrêmement confuse au Mali ce 18 août 2020 : une mutinerie qui a éclaté tôt dans la matinée dans le camp militaire de Kati pourrait se muer en un coup d’état contre le président Ibrahim Boubacar Keïta. Des arrestations en cascade de personnalités de la haute hiérarchie militaire, ainsi que de nombreux piliers du régime du président malien, tel le président de l’Assemblée Nationale et de nombreux autres laissent croire que la perspective d’un putsch militaire est inéluctable.

La crise au Mali connait un nouveau rebondissement depuis ce matin du 18 août 2020 où un coup d’état militaire serait actuellement en cours, dirigé par le colonel Sadio Camara ex-directeur du Prytanée militaire de Kati récemment rentré d’un stage de formation en Russie, et par le Colonel Diaw de la Région militaire de Kati. 

Selon des sources concordantes sur place à Bamako, un ultimatum aurait été donné à IBK pour quitter le pays avant 14h. Faute de quoi, un assaut sera donné à sa résidence principale. Son fils Karim serait déjà aux mains des putschistes, ainsi que le premier ministre Boubou Cissé, le président de l’Assemblée Nationale Moussa Timbiné, plusieurs ministres et autres personnalités de la haute hiérarchie militaire, tels le chef d’état-major de la garde nationale et son directeurs des affaires financières, le ministre de la Défense le Général Ibrahima Dahirou Dembele, seraient également mis aux arrêts. On compte également dans cette liste le ministre de l’économie et des finance Abdoulaye Daffe, celui des affaires étrangères Tieblé Dramé. L’ensemble des membres du gouvernement pourrait y passer dans les prochaines heures. 

Pendant ce temps les camps militaires de Kati d’où est parti la mutinerie et celui de la garde nationale de N’Tominkorobougou sont en ébullition. Les militaires quadrillent le secteur, ainsi que tous les principaux points névralgique de la capitale Bamako. Une colonne militaire serait en route vers l’ORTM, la télévision publique malienne. 

Pour l’instant, les chancelleries des pays amis présents à Bamako refusent de confirmer la thèse du coup d’état. Mais les Maliens, comme tous ceux qui suivent de près ou de loin les événements à Bamako, retiennent leur souffle. 

Il faut rappeler que le Mouvement du 5 juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) demandait le départ d’Ibrahim Boubacar Keïta depuis le début de la crise au Mali. La répression sanglante de l’opération de désobéissance civile lancée le 10 juillet 2020 a complètement mis à mal l’exécutif malien. Plusieurs tentatives de médiation diligentées par la Cédéao et l’Union Africaine ont se sont soldées par un échec cuisant, le président Ibrahim Boubacar Keïta ayant refusé de se rendre à l’évidence que la crise malienne ne pouvait trouver d’issue favorable qu’à travers le dialogue et un certain nombre de concessions de sa part. Une mauvaise lecture de la situation qui pourrait lui couter son fauteuil de président et, peut-être même, la vie.

La rédaction de Lifeafrica.tv reste très attentive à la suite des événement. Nous vous tiendrons informés au fil des heures.

« Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus que de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie » (Albert Londres).

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Vous aimerez aussi